Action menée à Bémahatazana

CONTEXTE GÉNÉRAL

Dès 2010, l’évêque de Tsiroanomandidy a confié à des religieuses, Sœurs de N.D. de la Salette, la réalisation du projet du Collège/Lycée St Paul. Des demandes de plus en plus pressantes des familles de Bémahatazana s’exprimaient sur l’intérêt d’un tel collège/lycée. A ce jour, fin 2016, 1150 élèves étaient inscrits à cet établissement.
Les parents qui inscrivent leurs enfants à ce collège veulent, d’après les Sœurs, une meilleure éducation pour leurs enfants, pour la génération future, pour leur avenir et pour participer au redressement du pays.

CONTEXTE PARTICULIER

Sœur Marie- Victoire, la responsable de la Communauté, qui porte à bout de bras la réalisation de ce projet, est convaincue que l’éducation des jeunes doit passer aussi par la protection de l’environnement, le respect de la nature, le reboisement, des pratiques agricoles sans produits chimiques. Ces derniers endettent les paysans et produisent des denrées alimentaires dangereuses pour la santé du sol, des animaux, des plantes et de ceux qui les consomment.
Elle pense aussi qu’une agriculture vivrière écologique et productive permettrait à la population de devenir autonome. Cette agriculture avec beaucoup moins d’endettement que l’agriculture prônée par les marchands d’engrais devrait donner envie à certains jeunes de cultiver la terre et ainsi, de rester au pays.
Sœur Marie Victoire s’est donc tournée vers l’agroécologie. En partenariat avec une association Grenobloise, Le petit Baobab 38, elle a fait une demande d’appui agroécologique au Réseau des Agroécologistes Sans Frontière.
Caractéristiques de la mission.
Du 23 octobre au 05 novembre 2016, nous, Didier Meunier et Dominique Brunet, sommes allés sur place pour une première mission de sensibilisation et d’évaluation.
Nous avions, au préalable, rencontré Sœur Marie Victoire, en France.
Ce contact nous avait permis de dégager plusieurs dimensions de travail :
• sensibilisation des élèves et de leurs professeurs à l’agroécologie ;
• accompagnement de plusieurs paysans intéressés par la démarche ;
• réflexion et établissement d’une feuille de route pour cultiver les 10ha de terrain du Collège en ferme agroécologique.

LA MISSION

Au cours de notre séjour de travail, nous avons pu parler de l’agroécologie et de ses différentes dimensions (reboisement, arrêt des feux de brousse, respect de la nature, agroforesterie…) à l’ensemble des classes scolaires et de leurs professeurs.
Nous y avons ajouté un aspect pratique en commençant un jardin scolaire avec chaque classe. Nous avons travaillé avec les professeurs pour que ceux-ci puissent continuer l’activité jardinage. Des plantations d’arbres fruitiers et d’ornements ont aussi eu lieu tout autour du collège.
Des paysannes et paysans nous ont demandé un appui en fabrication de compost et préparations naturelles. Nous les avons aussi accompagnés dans leurs champs pour des échanges de pratiques culturales.
Les 10 ha de la ferme du Collège ont fait l’objet d’une feuille de route détaillée qui devrait permettre de commencer, dès que la saison des pluies sera là, la culture d’une partie de ces 10 ha. Cette ferme, qui doit devenir productive, pourrait devenir ferme de vulgarisation de l’agroécologie dans toutes ses dimensions : maraîchage, céréales, élevage, reforestation, haies vives de protection, etc… et ce, pour tous les paysans de la région.
Nous avons aussi proposé un aménagement agroécologique de la petite ferme jouxtant les bâtiments de la Communauté des Sœurs et appartenant à ces dernières.

EN GUISE DE CONCLUSION

Mission tout à fait intéressante et passionnante puisqu’elle nous a permis de rencontrer la plupart des acteurs locaux tant étatique que religieux.
De très nombreuses personnes sont venues aux réunions d’informations que nous avons tenu.
Sur le terrain, élèves, enseignants et agriculteurs se sont montrés attentifs et participatifs.
Nous devons, prochainement, rencontrer la Présidente de l’association qui a soutenu financièrement ce projet agricole pour faire un bilan chiffré et réfléchir à la suite.
Une seconde mission de renforcement des acquis de la première devra être envisagée pour montrer notre intérêt sur le développement de l’agroécologie dans cette région de Madagascar et pour rectifier, améliorer ou conforter les travaux qui auront été réalisés au cours des mois passés.

Action menée à Bémahatazana, Madagascar, du 23/10/2016 au 05/11/2016 par Dominique BRUNET et Didier MEUNIER.